Aurel Garcia

D'une formation initiale de musicien batteur, c'est par ce biais qu'Aurel s'intéresse au monde de la technique sonore. Après une formation de trois ans à l'Institut Supérieur des Techniques Sonores de Rennes, il s'installe en Belgique où il exercera tout d'abord comme technicien prestataire auprès de la Commission Européenne et de l'Atomium de Bruxelles avant d'intégrer le studio de post-production sonore Chocolat-noisette. C'est au sein de ce studio qu'il perfectionnera pendant deux ans sa technique du son multicanal à travers de nombreux projets - du court métrage comme Avec Thelma, Magritte du meilleur court 2018, des longs formats fictions et documentaires et des séries francophones comme La Trêve.

Depuis son retour en France, Aurel a intégré le milieu du spectacle en travaillant comme régisseur son dans plusieurs salles de spectacle comme le Bijou et la Cave Poésie, et il se met au service de plusieurs compagnies - comme Le Bruit des Gens, Blutack Théâtre, Nectar d'Acide, 22h04 - afin de créer des bandes sons entre musique, ambiances et textures sonores. Il participe également en 2019 à la création du Collectif 12 Volts.

La semaine dernière, il a aussi modé son Korg Monotron Delay pour faire encore plus de bruit, et ça c’est cool.

Hugo Moreau

Hugo Moreau est créateur et régisseur vidéo pour le spectacle. Il obtient en 2015 un master II de création audiovisuelle à l’École Nationale Supérieure d’Audiovisuel de Toulouse. Il collabore au montage et à la réalisation de différents types de médias, du documentaire aux courts-métrages de fiction, ainsi que des projets liés aux nouvelles écritures audiovisuelles (webdocumentaire, installations vidéo).

Il réalise différents court-métrages, de création ou de commande : Rive D (fiction, 2016) et Tesseract (fiction, 2019) avec le collectif Kaléidos Films, J’envisage de te vendre (fiction de commande, 2016, Frédérique Martin), Demain la ville, la mobilité en question (documentaire de commande, 2016, FreDD)… En parallèle, il réalise plusieurs captations et films de commande pour le spectacle vivant (cirque, théâtre, opéra, musique) avec différentes équipes (Cie du Fil à Retordre, Roulotte opéra, Les labOrateurs, l’Hiver Nu, Cie la Superbe, Cie Les entichés…).

Il collabore à diverses créations interactives et immersives : Le Parcours Sensoriel (2018, escape-game Tactisens), Le Wagon Postal (2019, musée L’envol des Pionniers)…

Dernièrement, il se tourne aussi vers la scène en tant que créateur et concepteur vidéo, notamment avec la Cie SCOM, le collectif Sur la Cime des Actes, le Blutack Théâtre (2019-2021, Zaï Zaï Zaï Zaï, création vidéo en direct), Popatex (2021, DBK Project, vidéo interactive). Il participe également en 2019 à la création du Collectif 12 Volts.

Avant-hier, il a aussi fabriqué un machine pour envoyer des SMS à sa cuisine avec un Shield GPRS, et ça c’est cool.

Raphaël Jourdain

Après avoir obtenu un BTS Audiovisuel Son, une licence d’Études Théâtrales et un Master II de création audiovisuelle parcours son à l’École Nationale Supérieure d’Audiovisuel de Toulouse en 2017, Raphaël travaille pour le cinéma, en tant que preneur de son (Je Ferai Tout disparaître, Margaux Chataux, 2017 ; Le Grand Ordinaire, Mathileu Kiefer, 2017 ; Habiter le Ciel, Lev Khvostenko, 2019) ou en post-production (Le Chant des Merles, Marie Cavaillès, 2014 ; Tout va Très Bien, Léa Nunzia-Corrieras, 2020). En parallèle, il est créateur sonore pour le spectacle vivant avec la Cie Two (Rino, 2020-2021).

De 2017 à 2019 il est co-créateur et technicien pour l’émission de radio « Clap » de Kaléidos Films diffusée sur Campus FM et ondecourte.fr. Il participe à la création sonore d’un escape game (Le Parcours Sensoriel, Tactisens, 2018) et co-réalise une installation audiovisuelle immersive pour l’Envol des Pionniers (2019). Il participe également en 2019 à la création du Collectif 12 Volts.

Raphaël construit demain un synthétiseur analogique modulaire avec des puces CMOS et ça c’est cool.